VITE !

INSCRIS-TOI À LA NEWS HEBDO #AMFT !

No bullshit | 100% garantie

Pas convaincu ?

Alors jette un oeil aux news précédentes.

AIX MARSEILLE METROPOLE FRENCH TECH will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing. Please let us know all the ways you would like to hear from us:

You can change your mind at any time by clicking the unsubscribe link in the footer of any email you receive from us, or by contacting us at camille@amft.io. We will treat your information with respect. For more information about our privacy practices please visit our website. By clicking below, you agree that we may process your information in accordance with these terms.

We use MailChimp as our marketing platform. By clicking below to subscribe, you acknowledge that your information will be transferred to MailChimp for processing. Learn more about MailChimp's privacy practices here

Les 6 nouveaux French Tech Hubs labellisés à l’étranger

Le réseau des French Tech Hubs s’étoffe. Le réseau international de la communauté French Tech, qui regroupe entrepreneurs et acteurs publics et privés du numérique, vient de s’enrichir d’une poignée de nouveaux « hubs ». De nouvelles labellisations annoncées fin janvier à l’occasion des vœux de la French Tech, en présence d’Emmanuel Macron accompagné d’Axelle Lemaire, secrétaire d’état.

000339473_illustration_large000339485_illustration_large000339488_illustration_large

 

000339482_illustration_large000339479_illustration_large

Abidjan et Cape Town pour l’Afrique subsaharienne, Montréal pour l’Amérique du nord, Hong Kong pour l’Asie et enfin Barcelone et Londres pour l’Europe de l’Ouest sont les nouvelles villes « hubs » de la French Tech.  Avec San Francisco, New York, Israël, Moscou et Tokyo, labellisés depuis quelques mois, cela porte à 11 le nombre de ces French Tech Hubs à l’étranger pour faire partie d’un « écosystème entrepreneurial structuré pour y accélérer le développement des start-up françaises souhaitant s’y implanter et y renforcer l’attractivité de la French Tech auprès des entrepreneurs, investisseurs ou média locaux » (selon le site de la French Tech).

Le 29 janvier, a été également lancé le nouveau site portail de ces « hubs » –hubs.lafrenchtech.com/-, qui recense et cartographie le réseau à l’étranger et présente également les « communautés » French Tech, soit des regroupements d’acteurs qui sont candidats au label de hub.

Dans le détail, ces « hubs » doivent avoir pour ambition de créer et structurer les communautés locales French Tech francophiles et aussi de faciliter le développement des start-up françaises à l’étranger.

Selon les précisions de la Mission French Tech, ces French Tech Hub doivent se doter d’un site Internet portail présentant la cartographie des acteurs de leur écosystème et s’appuyer sur « un pool de mentors » -entrepreneurs, investisseurs, dirigeants d’entreprises- attestant d’une bonne connaissance de l’écosystème local et capable d’aiguiller ou de conseiller gratuitement les entrepreneurs français entrant sur le territoire« . Ils doivent aussi s’engager à « faire découvrir la French Tech aux acteurs locaux (investisseurs, entreprises, entrepreneurs, cadres, incubateurs, accélérateurs, média) et les aider à saisir les opportunités qu’offre la France : recrutement de talents, opportunités d’investissement, de création d’entreprise, sourcing de start-up, etc. »

D’autres communautés de français à l’étranger sont candidates pour rejoindre officiellement le club des villes French Tech. Séoul, Pékin, Taipei devraient être les prochaines labellisées. Seoul est aussi en lice. Des entrepreneurs français portent aussi une belle dynamique en Amérique du sud, en particulier à Santiago du Chili et Sao Paulo. Ces villes pourraient être les prochaines à rejoindre le mouvement.

No Comments

Give A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.