VITE !

INSCRIS-TOI À LA NEWS HEBDO #AMFT !

No bullshit | 100% garantie

Pas convaincu ?

Alors jette un oeil aux news précédentes.

Frédéric Chevalier, un chef d’entreprise passionné et visionnaire

Passionné par la création d’entreprise et les entrepreneurs, lui-même entrepreneur dans l’âme, Frédéric Chevalier crée sa première entreprise lorsqu’il a 25 ans. Après avoir pratiqué le sport de haut niveau et fait des études de commerce, il entre chez Radio Monte Carlo. C’est là qu’il découvre le monde de la communication et qu’il trouve la motivation de créer sa propre entreprise, HighCo, un groupe de communication orienté sur les nouvelles technologies. Nous sommes en 1990. Six ans plus tard, HighCo est introduit en Bourse. Frédéric Chevalier devient alors le plus jeune président de société cotée à la Bourse de Paris. En 2006, il décide de céder la présidence du Directoire à Richard Caillat afin de se consacrer à la présidence du Conseil de Surveillance ainsi qu’à d’autres activités, notamment dans sa région. On oublie souvent que Frédéric Chevalier a été administrateur du Conseil d’Administration d’Euromed Ecole de Management (actuel Kedge Business School), il participe également à la fondation du club d’entreprises Mécènes du Sud puis à celle de l’association Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture. Membre de la CCI Marseille Provence, homme de défis et de convictions, porté par l’ambition de positionner Aix-Marseille-Provence parmi les 20 premières métropoles européennes, Frédéric Chevalier participe aussi en 2006 à la création du Club Top 20, réunissant les patrons des plus grosses sociétés marseillaises et provençales, dont il assura avec brio la présidence.

En 2000, il créé aussi son propre fond d’investissement : Booster Invest, dédié à l’amorçage des créations d’entreprises.

En 2013, Richard Caillat est nommé président du Conseil de Surveillance d’HighCo et succède à Frédéric Chevalier qui accède alors au statut de Président-Fondateur. Ce retrait de HighCo est dicté par la concrétisation de son projet thecamp qu’il a commencé à imaginer au début des années 2000. L’homme est un passionné, animé par la recherche d’un nouveau modèle de société. Il aimait se définir comme « frappé par la pathologie du futur ».

Dans une interview parue dans Les Echos en 2016, Frédéric Chevalier imagine « un lieu puissant inspirant, quasi spirituel réunissant les conditions d’expression de l’intelligence collective autour de la smart city. “ A l’image de la Singularity University qui réfléchit à l’avenir du genre humain, et du Center for Urban Science and Progress new-yorkais inauguré en 2013, il devait s’agir d’un lieu de vie et de pensée, « d’une bulle à l’écart des distractions, de l’agitation des marchés et de la temporalité des schémas politiques pour préparer sereinement l’avenir de l’humanité face aux grands enjeux de l’urbanisation “, explique-t-il.

Dix ans seront nécessaires pour convaincre le syndicat mixte du plateau de l’Arbois de céder les 7 hectares de terrain où implanter le campus de 10 000 m² dédié à la ville intelligente de demain organisé sous la houlette de l’architecte marseillaise Corinne Vezzoni. thecamp a pour ambition de réunir les talents du monde entier, étudiants, entrepreneurs, dirigeants, managers, experts, pour créer un écosystème innovant, un lieu d’intelligence connectée, un lieu d’échanges et de confrontation des idées, à l’instar des campus américains.

Pas de commentaires

Publier un commentaire