VITE !

INSCRIS-TOI À LA NEWS HEBDO #AMFT !

No bullshit | 100% garantie

Pas convaincu ?

Alors jette un oeil aux news précédentes.

AIX MARSEILLE METROPOLE FRENCH TECH will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing. Please let us know all the ways you would like to hear from us:

You can change your mind at any time by clicking the unsubscribe link in the footer of any email you receive from us, or by contacting us at camille@amft.io. We will treat your information with respect. For more information about our privacy practices please visit our website. By clicking below, you agree that we may process your information in accordance with these terms.

We use MailChimp as our marketing platform. By clicking below to subscribe, you acknowledge that your information will be transferred to MailChimp for processing. Learn more about MailChimp's privacy practices here

Wiko, accusé par Ericsson de violation de brevets

Après ses passes d’armes contre Apple en 2015 ou encore Samsung, le suédois Ericsson pointe aujourd’hui du doigt un constructeur plus modeste : le franco-chinois Wiko. L’équipementier télécoms vient en effet de saisir la justice allemande et de déposer plainte contre le fabricant Wiko pour la violation de plusieurs brevets liés à l’usage des réseaux mobiles 2G, 3G et 4G.  Selon le plaignant, Wiko utiliserait indument cette propriété intellectuelle depuis sa création en 2011 et ce sans payer de droits de licences ou s’acquitter de redevances. Des négociations ont été entamées en 2013 mais n’ont toujours pas abouti à un accord amiable.

Aussi, le 14 août dernier, dans un communiqué de presse, Ericsson dit avoir été patient avec Wiko, et annonce en conséquence avoir déposé plainte pour contrefaçon de brevets devant les tribunaux fédéraux de Düsseldorf et de Mannheim, en Allemagne.

« Il est injuste que Wiko bénéficie de nos investissements substantiels en R&D sans payer de frais de licence raisonnables pour notre technologie brevetée », estime Ericsson dans son communiqué de presse. Lorsqu’il s’agit de défendre sa propriété intellectuelle, Ericsson n’est jamais tendre. Il est vrai que la marque dispose d’un portefeuille de plus de 42.000 brevets qui lui rapportent environ 700 millions d’euros par an en royalties.

Interrogé par l’Usine Digitale, Wiko assure de son côté « avoir toujours souhaité conclure avec Ericsson une licence à des conditions qui sont justes, raisonnables et non-discriminatoires ». Le fabricant de smartphones déplore « l’approche plus agressive » du suédois, tout en espérant que cette affaire se résoudra à l’amiable.

De toutes façons, dans un cas comme dans l’autre, Ericsson compte bien toucher son chèque !

No Comments

Give A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.